QSD GVA 2017 0900

 
C’aurait pu être un numéro de vol vous invitant au voyage, départ de Genève, porte 2017, mais ce ne fut pas le cas : le Qlik Sense Day s’est déroulé ce 03 octobre 2017 au restaurant Le Chef de l’aéroport de Genève. Un peu moins de 40 participants (soit un petit avion de ligne) ont profité de cette occasion unique pour en savoir un peu plus sur les dernières tendances en matière de BI, et surtout sur Qlik Sense®. Voici le bilan.
 
Proposé par l’éditeur Qlik et co-organisé avec son partenaire romand Calyps, ce QSD 2017 (GVA) était le seul évènement de ce type en suisse romande. Il avait vocation à présenter Qlik Sense® ainsi que Qlik GeoAnalytics® aux néophytes comme aux utilisateurs confirmés, et à plonger tant les uns que les autres dans un atelier pratique.
 
Après le bref message de bienvenue prodigué par Tony Germini, CEO de CALYPS, le temps était venu de passer aux choses sérieuses, et notamment de découvrir les dernières nouveautés apportées par la sortie de Qlik Sense® September 2017 et de pouvoir les tester avec le soutien des data architects présents sur place.
 

Vous n’avez pas pu assister au Qlik Sense Day 2017 de Genève ?

Cliquez sur le bouton pour visionner nos vidéos !

Mais d’abord, dévoilées par Sooky Jaumin, responsable avant-vente de l’éditeur Qlik en Suisse Romande, voici les nouvelles tendances pour le futur de la BI. Ces tendances sont le fruit d’études croisées comprenant des retours « terrain », des retours clients ainsi que des analyses de marché (telles que Gartner and Co.). Elles montrent notamment que l’homme est loin d’avoir dit son dernier mot en matière d’intuition et d’analyse…
 
La première tendance concerne la visualisation des données: désormais, toute la chaîne de production de l’information est « visualisable ». Ceci simplifie le traitement de la donnée ainsi que son analyse, ce qui amplifie le principe de Data Literacy, ou la capacité de lire, utiliser, analyser et argumenter ses idées avec des données. En intégrant la culture vertueuse de la donnée au sein de l’organisation, on favorise l’émergence et l’échange d’idées entre les personnes sur la base d’informations cohérentes et partageables.
 
Pour autant, il y a donnée et donnée. L’essor du « Big Data » a certes montré qu’on pouvait littéralement tout capturer, en temps réel s’il le fallait. Mis à part la belle ingénierie sous-jacente, cette approche a certes enrichi les fournisseurs de hardware, mais dans le fond on est vite revenu à la base: des données, oui, mais pourquoi faire ? Des données, certes, mais lesquelles, pour quel cas d’usage et avec quel niveau de confiance ? C’est dans ce cadre qu’intervient la deuxième tendance qui touche à la multiplicité des sources de données : c’est en les associant, en les combinant, en les recoupant, en les enrichissant que l’on obtient les meilleurs indicateurs. C’est dans le même cadre que vient s’inscrire la puissance du moteur associatif de Qlik et les data packs spécialisés qui permettent aux utilisateurs de croiser données internes et données publiques vérifiées !
 
L’arrivée annoncée des algorithmes « apprenants » et autre intelligence artificielle constitue la 3ème tendance. Nonobstant les attentes parfois démesurées des utilisateurs quant à ces technologies, il n’en reste pas moins qu’elles seront de plus en plus utilisées dans les prochaines années. Jusqu’à prendre la place des analystes ? Qlik pense que non et estime qu’il est primordial que l’humain garde le contrôle. C’est pourquoi Qlik parie sur les mêmes analystes en leur fournissant de quoi amplifier leurs intuitions, de quoi les guider et les aider dans la mise en application de leur idées, de quoi les épauler pour étayer leurs constats et leurs recommandations.
 
De plus en plus, les données sont dans le « nuage » et cette tendance ne fait que s’amplifier. En 2019, on s’attend déjà à ce que plus de 50% des serveurs soient hébergés dans le « cloud ». Mais pas pour toutes les données, ni pour tous les usages. En fait, la vraie tendance pour les « analytics » serait plutôt à l’hybridation des hébergements : une partie « on premises » ou en cloud privé, une partie en cloud publique. (ou comment prendre le meilleur des deux mondes sans en subir les désagréments). Il va de soi que la technologie Qlik supporte d’ores et déjà l’hybridation. Par contre, il est plus que probable que les « pure players » (tout cloud ou tout « on premises ») risquent de disparaître. Une sorte d’application du darwinisme dans le monde digital, en quelque sorte.
 
Après une courte pause, Patrick Nordström, Senior Product Manager chez Qlik, nous présente son produit : Qlik GeoAnalytics®. Il n’est pas faux de parler de « son » produit, car les participants du QSD 2017 ont la chance d’avoir comme orateur le fondateur et le CEO de la société Idevio qui a conçu et développé GeoAnalytics (rachetée par Qlik et désormais intégrée dans la suite analytique). Il expose notamment que, démonstration à l’appui, Qlik GeoAnalytics® est bien plus qu’une simple visualisation de données géo-codées : cet outil permet bien entendu de zoomer dans les vues, mais surtout il permet de les combiner, de calculer de nouvelles vues en fonction des interactions constatées, de calculer le chemin le plus court, etc. Sans mentionner sa capacité à soutenir la tendance à intégrer (notamment) des cartographies dynamiques dans les environnements pro (embedded analytics), tendance qui va en s’amplifiant.
 
Une belle démonstration vaut mieux que tous les discours : une fois Qlik GeoAnalytics® présenté, il ne restait plus qu’à en démontrer la puissance. Quoi de mieux dans ce cas qu’un témoignage client ! Giuseppe Scordino, Head of Business Intelligence and Customer Analytics pour MSC Cruises, a pu faire part de son retour d’expérience avec Qlik Sense® ainsi que Qlik GeoAnalytics®.
 
MSC Cruises, c’est 16’000 employés, c’est une présence dans 45 pays, c’est déjà 16 paquebots (12 autres sont dans les tuyaux), c’est un plan de 9 milliards d’investissement acté, c’est plus de 165 destinations (et 165 façons différentes de traiter une situation pourtant similaire de prime abord, à savoir l’arrivée et le départ d’un paquebot), c’est 850 croisières par an et la ferme intention de tripler ce volume dans les prochaines années. MSC Cruises, ce sont aussi des magasins, des restaurants, des hôtels, des casinos, des boutiques, des stocks, de la logistique, des moyens humains, le tout réuni sur des bateaux, de plus en plus « smarts » par ailleurs.
 
Pour MSC Cruises, le challenge est très complexe: multiplicité des points de ventes (billets), des formats de données opérationnelles hétérogènes (variant d’un pays à l’autre) et la masse conséquente des données générées par les passagers (avant, pendant et après la croisière) ne facilitent pas les choses. A ce stade, Giuseppe Scordino nous précise que sans Qlik, rien n’aurait été aussi facile.
 
Mais M. Scordino précise aussi que sans préparation de données, Qlik ou pas Qlik, rien n’aurait été possible. Selon lui, la préparation des données est non seulement incontournable, mais elle est la clé du succès. Sans elle, point de salut, et dans tous les cas cela prend du temps (60% du temps total du projet). Donc il recommande de ne pas sous-estimer ce passage obligé. Cela dit, en combinant les deux outils (Qlik Sense® et Qlik GeoAnalytics®), MSC Cruises a pu travailler vite et bien, ce qui lui a permis de se doter cette année d’une capacité analytique descriptive hors du commun. Pour autant, même s’il reste encore pas mal de chemin vers une harmonisation complète des données, MSC Cruises devient une « data driven company » qui se prépare déjà à l’introduction de sa future couche prédictive.
 
Midi. Malgré les questions qui fusèrent, l’appel de l’estomac s’est avéré plus fort et le buffet devint le centre d’attention des participants. Le temps de se sustenter et les voilà repartis pour 90 minutes d’Atelier Qlik Sense®, ou comment découvrir par la pratique la puissance de la technologie Qlik. Différents modules (Intégrateurs, Développeurs, Utilisateurs) sont proposés et permettent aux participants de soit faire tous les trois modules (pour les meilleurs d’entre eux), soit de se concentrer sur un, voire deux modules, en fonction de leurs besoins. Ainsi chaque participant de l’Atelier a pu se familiariser avec les outils Qlik, mais a surtout pu bénéficier des conseils éclairés des experts CALYPS et profiter de l’occasion pour parfaire sa technique pour la préparation des données, le développement d’application ou pour l’exploration et l’analyse des informations.
 
15h30, fin du QSD 2017 de Genève. Les questionnaires de mesure de satisfaction sont distribués et, a priori, la journée a été considérée par tous comme réussie. Nous verrons si les questionnaires corroborent les commentaires glanés çà et là, mais en ce qui nous concerne, ce fut un plaisir d’organiser ce Qlik Sense Day 2017 et nous nous réjouissons du prochain à venir.

 

KABE

Vos données ont de la valeur !

La Data Intelligence est destinée aux gestionnaires, décideurs et dirigeants d’entreprise. Il s’agit de la mise en œuvre des moyens, outils et méthodes destinés à fournir l’information utile pour décider et agir en toute connaissance de cause. Mettez-toutes les chances de votre côté en vous appuyant sur des professionnels de la donnée.

Les experts CALYPS sont là pour vous aider